Depuis le moment où j’ai choisi consciemment de transformer ma vie et de la créer selon qui j’étais, en fonction de ce que je voulais VRAIMENT, j’ai rencontré beaucoup, beaucoup d’obstacles qui auraient pu donner l’envie à n’importe qui d’autre d’abandonner. Mais voilà, c’était de ma vie dont il était question, et en l’occurrence de la vie de ma fille aussi, alors si je ne me responsabilisais pas, qui le ferait?

Peut-être te trouves-tu à la croisée des chemins toi aussi, et peut-être as-tu parfois toi aussi l’idée d’abandonner? La seule chose que je souhaite que tu retiennes, c’est que c’est NORMAL! Oui, c’est ok de vouloir abandonner. Ça fait « partie de la game ».

Ça ne veut pas dire que tu n’es pas bon, pas bonne, pas assez ou trop, ça veut juste dire que tu es un être humain qui vit des émotions comme tout le monde.

Mais voilà, j’ai envie de te dire qu’il y a moyen de prendre ça plus relax, qu’il est possible de faire ce chemin tout en douceur.

Quand tu arrives au point que tu as envie d’abandonner, c’est juste le signe que tu es fatigué(e), que tu forces trop et que tu exiges trop de toi-même. Alors prend un temps d’arrêt et prend soins de toi. Qu’est-ce qui te fait du bien? Qu’est-ce que tu aimes? Qu’est-ce qui te fait plaisir? C’est simple : lâche-prise sur ton obstacle et accorde-toi une pause-tendresse!

Je te jure, c’est dans cet espace que tu trouveras la force de continuer.

Prend le temps de te ramener ici et maintenant, dans le moment présent, parce qu’en réalité, c’est tout ce qui compte vraiment, le moment présent.

Je sais, je sais, ce n’est pas facile… Moi aussi ça me « tapait sur les nerfs » d’entendre parler du moment présent. J’avais même écrit « ici, maintenant » sur des « post it » que j’avais collé dans chaque pièce de ma maison.

Je les avais tous arrachés.

Ça ne fonctionnait pas « c’t’affaire-là! ». J’étais fâchée. Contre moi-même. Parce que je me mettais une énorme pression sur les épaules. Alors j’ai compris l’importance de la douceur, et j’ai commencé à prendre soins de moi dans les moments de doutes.

Et j’ai appris que prendre soins de moi, être douce avec moi me ramenait dans le moment présent. J’ai ensuite réalisé que toutes mes pensées étaient liées soit au passé, soit au futur. Et que dans le moment présent, le passé et le futur n’existent pas. Alors j’ai décidé d’arrêter de penser, de prendre une grande respiration, et de regarder ce qui m’entourait, d’entendre les sons, et de prendre mon pouls. Tout s’est calmé en moi, et les réponses sont venues toutes seules.

Depuis ce jour, je m’accorde TOUJOURS des pauses-tendresse quand j’ai envie d’abandonner. Je fais des choses que j’aime, je m’offre une petite douceur et curieusement, ça m’aide toujours à continuer…

Sois doux(ce) avec toi,

Josyane